Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Indies & Oldies

The Last Tinker : City of Colors

27 Juin 2015 , Rédigé par Laspirateur Publié dans #Indies, #Plate forme, #PC-Mac

The Last Tinker : City of Colors

Le jeu d’aujourd’hui nous conduit en Allemagne, à Munich plus précisément, dans les studios de l’équipe de développement indépendant Mimimi Productions. The Last Tinker est leur 4ème jeu, mais leur premier gros projet 3D et surtout multi plateformes (PC, MAC, PS4 et Xbox One). Sorti en mai 2014 sur PC et MAC, puis en décembre 2014 sur PS4 et Xbox One, le jeu s’était fait remarquer à la Game Connection Europe 2011 en remportant le prix du meilleur projet. À sa sortie en 2014, il fut présent à l’Independent Game Festival, mais ne gagna aucun prix. Malgré une belle mise en avant dans la scène indépendante, ce jeu reste malheureusement trop méconnu.

L’histoire se déroule à Tinkerworld, pour être tout à fait exact, dans la ville de Couleurville, une ville ou 3 couleurs sont reines : le rouge, le bleu et le vert. Ces 3 couleurs sont séparées en quartiers mais tout le monde vit ensemble et la vie est paisible, jusqu’au jour où les habitants de cette ville commencent une guerre des couleurs. Les quartiers se divisent, les gens refusent de parler aux autres personnes de couleurs différentes et dans cette ambiance morose nous jouons Koru, un singe très agile, qui va se retrouver au cœur d’une terrible histoire. Une nuit ou Tap, le meilleur ami de Koru, est malade, un esprit de couleur vient en aide à notre personnage simiesque en lui proposant de guérir son ami contre un petit service. Derrière ce petit service se cache un plan machiavélique pour détruire Couleurville, un horrible plan qui fera apparaitre la terrible grisaille voulant anéantir les autres couleurs.

Même la lune a besoin de dormir

Même la lune a besoin de dormir

Pour sauver Couleurville Koru devra voyager à travers la ville pour récupérer les esprits de couleurs. En pur jeu de plate-forme 3D, The Last Tinker pioche des idées dans les grands classiques du genre tout en apportant sa pâte artistique très forte. L’univers en papier mâché est très mignon et vraiment agréable à parcourir, le tout est sublimé par une musique de grande qualité qui donne une ambiance unique au jeu. En termes de gameplay le jeu propose une idée étrange pour un jeu de plate-forme : il n’y a pas de saut. En restant appuyé sur une touche le héros sautera automatiquement lorsqu’une plateforme lui est accessible, à la manière d’un Assassin’s Creed. Ce système apporte une certaine simplicité en évitant au joueur de rater ses sauts mais cela bride un peu le gameplay en obligeant à suivre un parcoure pré-tracé.

Les monstres de grisaille méritent une bonne correction !

Les monstres de grisaille méritent une bonne correction !

L’aventure ne se fera pas sans combattre les monstres de la grisaille. Les phases de combats sont assez réussies et très simples à prendre en main. Aucune combinaison de touches complexe, 3 boutons servent à utiliser des pouvoirs liés aux couleurs : le rouge permet de frapper, le vert fait fuir les ennemis et le bleu les paralyse. Ajoutez à ça une dernière touche pour esquiver et voilà un système de combat simple et très efficace mais un peu répétitif car les ennemis ne se renouvellent pas beaucoup et surtout les phases de boss reprennent toujours le même ennemi sans changer la manière de le combattre.

Le vent qui caresse les cheveux, l'écharpe qui flotte au vent... les glissades c'est chouette !

Le vent qui caresse les cheveux, l'écharpe qui flotte au vent... les glissades c'est chouette !

L’aventure se termine entre 6 et 8 heures selon les joueurs, le tout sans réelle difficulté car le jeu est destiné à un public plutôt jeune ; c’est d’ailleurs un très bon jeu pour découvrir la plate-forme, reprenant des idées de grands classiques du genre tel que Spyro dans son ambiance sonore, Banjo-Kazooie au niveau des couleurs et des environnements, Jak and Daxter pour le système de combat, Okami ou le Prince of Persia PS3 et 360 avec cette quête de la couleur ou encore Ratchet & Clank ou les Sonic en 3D où l’on retrouve cette sensation de vitesse lors des phases de glissade sur rail.

Les jeux de plate-forme sont assez rares aujourd’hui et les jeux colorés tous mignons le sont encore plus. Ce jeu est une vraie bouffée d’air frais pour le genre, et la faible difficulté permet aux plus jeunes de découvrir la plate-forme 3D. Les joueurs confirmés peuvent également se laisser emporter dans cet univers enchanteur grâce à son style visuel fort et sa magnifique musique. Rajoutons à ça la petite histoire très agréable à suivre qui cache une belle fable contre le racisme sans tomber dans les clichés rapidement pénibles et nous voilà face à un jeu qui marque.

The Last Tinker : City of Colors

A découvrir si vous avez aimé The Last Tinker : City of Colors :

Les nombreux grands classiques des jeux de plate-forme colorés orientés jeune public, et plus particulièrement :

  • Spyro the Dragon, pour son univers coloré, et son ambiance musicale très proche
  • Croc, un autre jeu de plate-forme coloré et tout mignon
  • Banjo-Kazooie
  • Jak and Daxter
  • Okami
  • Prince of Persia (version PS3 et Xbox 360)
  • Ratchet & Clank
  • Les Sonic en 3D

Partager cet article

Commenter cet article